Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur : itinéraire d’une traduction

 to kill a mocking bird     ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Si l’on souhaitait illustrer les difficultés de la traduction, l’ouvrage de Nell Harper Lee serait emblématique. To kill a mockingbird a fait l’objet de trois traductions françaises sous des titres différents : Quand meurt le rossignol en 19611, Alouette je te plumerai2 en 1989 et Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur en 20053, version analysée dans la présente étude. C’est avant tout le signe d’une difficulté réelle à rendre l’œuvre originelle. Les différentes traductions sont le résultat de plusieurs niveaux de contraintes découlant à la fois du statut incertain de l’œuvre et de son évolution progressive au sein de l’espace littéraire.

Plus

Publicités

Next Newer Entries

Follow on WordPress.com

Archives

%d blogueurs aiment cette page :