Lectures à l’école maternelle St Christophe à Tourcoing

De la nécessité de lire pour les médiateurs et de bien connaître les livres qu’ils proposent en atelier de lecture…

Les enfants de moyenne section s’installent dans la petite maison des histoires. Un espace est aménagé dans la classe, entre tapis et petits bancs. Les enfants préfèrent souvent commencer la séance par une comptine. Puis les lectures collectives débutent et les enfants s’émerveillent, s’amusent au gré des rencontres avec les personnages des livres.

Partager des histoires à voix haute, c’est entrer en relation avec le jeune enfant et laisser place à sa singularité. C’est observer, être surpris, être accueillant. Les lectures individuelles sont propices à cela. Aucun des enfants du groupe ne sait lire mais chacun connaît l’histoire qu’il choisit. Il se la raconte ou bien la raconte à d’autres enfants, dans l’intimité d’une relation à deux ou trois.  L’enfant prend le temps de jouer, de regarder, de manipuler et de créer du sens. Le jeu est alors propice à une lecture active et créative. Il crée un espace ludique d’expériences personnelles, délivrées de tout regard jugeant.

L’observation de ces moments est riche d’enseignement dans le rapport que chaque enfant entretient avec la lecture. Le corps entier est engagé, par les gestes et la voix de chacun. Les enfants prennent le temps d’explorer les espaces des livres.

Les albums de jeunesse favorisent pleinement cette exploration. L’album 2 yeux ? par exemple, permet une participation pleine et entière du lecteur, par tous ces éléments. Il accompagne une première expérience de la lecture ainsi qu’une  initiation à l’art visuel, à l’abstraction, grâce au jeu du signe, de la forme et du sens. L’auteur ménage également des entrées de lecture à l’attention des adultes médiateurs en leur offrant des outils de réflexion sur les pédagogies d’apprentissage.

2 yeux 12 yeux? contient en effet des éléments plastiques en attente de réalisation, qui seront actionnés par la main du lecteur, dans le mouvement de la page tournée et non plus seulement par la pensée.

 

 

 

 

2 yeux 2

Les vides laissés par les formes découpées permettent également à la main, aux doigts du lecteur de manipuler la page, de la traverser. « La lecture serait [alors] le geste du corps[1] » permettant au lecteur d’être actif,  « liseur »[2] désigné par Michel Picard comme celui dont le corps fait le lien entre le monde réel et le livre.

Or, le rôle du corps est important dans le processus d’apprentissage du jeune enfant. La compréhension du sens découle en effet d’un contact physique avec les objets. En cela, 2 yeux ?, à l’instar de nombreux autres albums, tels ceux de Kveta Pakovska[3], offre un espace d’expérimentation propice à l’apprentissage du plaisir visuel par le jeu des contrastes, des vides, de l’épaisseur.

Dans ce rapport au corps qu’orchestre ainsi l’album, l’enfant inscrit sa propre partition, à son rythme, comme le montre l’expérience suivante:

Une petite fille ne se sent pas très à l’aise pendant les lectures collectives. Elle court, parle fort et explique aux deux lectrices qu’elle n’aime pas du tout les histoires.  Puis chacun choisit le livre qu’il préfère et s’installe pour lire et jouer avec les images. Cette petite fille s’installe aussi avec un livre, à notre grande surprise.  Elle a choisi 2 yeux?. Je l’observe alors. L’interaction et l’engagement physique que le livre organise lui permet de s’impliquer dans l’histoire qu’elle visualise. Elle tourne et retourne les pages, explore les vides avec la main, le bras. Puis murmure pour elle-même une petite histoire à laquelle nous n’aurons pas accès. Ce livre, elle veut le garder, nous dit-elle avec un grand sourire. Je lui prête jusqu’au prochain atelier.

L’observation et la considération du comportement du petit lecteur et de ses besoins transforment le regard des médiateurs et les méthodes mises en œuvre. L’attention portée à la relation mais aussi aux corpus choisis est alors essentielle.

 

[1]    Barthes R (1993). Le bruissement de la langue. Seuil, p. 40.

[2]    Picard M. (1986). La lecture comme jeu. Editions de Minuit, p.214.

[3]    auteur éditée initialement chez Panama, éditions par Brigitte Morel avant que celle-ci ne crée la maison d’édition Les Grandes Personnes.

 2 yeux? Lucie Félix. Editions les Grandes Personnes. 2012.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow on WordPress.com

Archives

%d blogueurs aiment cette page :