To Kill A Mockingbird

to kill a mocking bird

En 1932, dans la petite ville de Maycomb (Alabama), Atticus Finch avocat, veuf, élève ses deux enfants, Scout, âgée de six ans, et Jem, âgé de dix ans, avec l’aide de Calpurnia, la gouvernante noire de la maison. Leur jeune ami Dill est fasciné par les récits de Jem sur la « maison hantée » où habite un mystérieux voisin Boo – Arthur Radley, cloîtré par ses parents. L’antre close de Boo obsède les enfants. Boo, c’est l’étranger logé au cœur du familier, l’ailleurs né ici, la vérité dissimulée sous le spectacle faux de la réalité. Même quand Arthur Radley n’est plus au centre de la curiosité des enfants, Boo n’est jamais loin.

L’histoire de Tom Robinson, cet homme noir accusé à tort d’avoir violé une jeune fille blanche et qu’Atticus défend à son procès, raconte en creux le sort d’Arthur. Discrimination, injustice, enfermement sont les abstractions aux effets bien réels qu’apprennent à connaître les jeunes Finch à travers le destin de ces hommes dissemblables en apparence. Deux « oiseaux moqueurs » que les hommes civilisés s’acharnent à détruire malgré leur évidente innocence. L’apparition finale du fantôme providentiel de Boo métamorphose le spectre en ange tutélaire.

Pour aller plus loin, une analyse de la traduction d’extraits du roman.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow on WordPress.com

Archives

%d blogueurs aiment cette page :